03-12-2016 11:54 PM Jerusalem Timing

Hamad bin Khalifa à Haniyeh: rompez votre alliance avec l’Iran et..

Hamad bin Khalifa à Haniyeh: rompez votre alliance avec l’Iran et..

.. cessez votre lutte armée contre "Israël" si vous voulez de l’aide économique et financière.

Selon des sources palestiniennes,  de retour d'une visite à la bande de Gaza la semaine dernière, "la rencontre entre le Premier ministre palestinien à Gaza, Ismaïl Haniyeh, et l'émir du Qatar Hamad bin Khalifa, s'est conclue dans un désaccord sur une liste de conditions posées par le Qata"r.

Ces sources ont rapporté que lorsque  l'émir du Qatar s'est réuni avec  Haniyeh, il lui a dit: «Si vous souhaitez obtenir de l'aide économique et financière,  vous devez rompre votre alliance avec l'Iran, l'ennemi de l'Islam et des musulmans » !

Toujours selon ces sources,  les conditions fixées par Hamad bin Khalifa au premier ministre palestinien ont été:

 

1 – rompre l'alliance avec l'Iran.
2 - entamer des négociations avec l’entité sioniste  sans conditions préalables.
3 - la reconnaissance d'"Israël".
4 - la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'"Israël" et abandonner  la récupération  de sa partie orientale.
5 – Annoncer la fin de la résistance  armée et entamer des  négociations comme seule option de solution.

Les  sources indiquent qu’ " Ismaïl Haniyeh a répondu à Hamad bin Khalifa : " vous me demandez de remettre Gaza aux Israéliens alors que " je suis  membre du  comité exécutif du mouvement Hamas et le Premier Ministre de la Palestine ! Il est impossible d’accepter ces conditions ", ajoutant que "cette réponse à pousser l'Emir du Qatar à écourter la  durée de sa visite à Gaza à quelques heures au lieu de deux jours , voire de réduire le montant de l’aide promise à 350 millions de dollars seulement alors qu’il était prévu 600 millions de dollars" !

Concernant l’assassinat d’ Ahmed Jaabari , le commandant militaire du Hamas, les sources soulignent qu’"il était un partisan de l'alliance avec l'Iran, le Hezbollah et la Syrie" . Par conséquent, "son assassinat s’inscrit dan le cadre d’une volonté de détruire  l'aile militaire du Hamas ou de liquider ses hauts-responsables  comme cela s'est produit avec l'aile militaire du mouvement Fatah" !

Et d’ajouter que «  le Qatar cherche à utiliser les  axes, arabe et internationale, y compris la bande de Gaza pour réaliser  un seul objectif :  la chute  du  président syrien Bachar al-Assad et ce, en convainquant  l'Occident de la nécessité d'une intervention militaire en Syrie, en échange de la  carte palestinienne. Et cela signifie la liquidation de la branche militaire du Hamas avec la  collaboration de Khaled Mechaal, qui vit à Doha.

Jordanie : soit elle remplace la Turquie ou elle aura le même  sort que  la Syrie

Dans le même contexte, le Qatar cherche à impliquer la Jordanie dans une guerre contre la Syrie et  la forcer  à une intervention militaire, et ce en exerçant  des pressions économiques et politiques contre le gouvernement jordanien par le biais des Frères musulmans.

Des sources palestiniennes indiquent que « l'État jordanien affirme clairement aux  Jordaniens que le  Qatar, l'Arabie saoudite et l'Egypte sont les commanditaires de  la  crise économique dans le pays dans le but de le forcer à intervenir en Syrie ».

Elles soulignent que « le Premier ministre jordanien a déclaré lors d'une réunion avec les éditeurs des quotidiens en Jordanie, qui a eu lieu la  semaine dernière, que l'Egypte a informé la Jordanie lors de la visite du  ministre jordanien de l'Énergie Alaa Batayneh au Caire pour discuter de leur alimentation en gaz égyptien,  que la décision n'est pas en Egypte mais que c’est le Qatar qui  nous empêcher de fournir du gaz à la Jordanie ».

Le  Premier Ministre jordanien a déclaré  aux rédacteurs en chef des quotidiens du pays, que l'Arabie saoudite refuse de soutenir la  Jordanie via le pétrole  ou de lui vendre du pétrole à un prix préférentiel !

Suite à cette réunion, les quotidiens  alDoustour et  alRayï ont vilipendé l'Egypte et l'Arabie Saoudite.

Des sources palestiniennes ont précisé que "la Jordanie envisage la création de comités dans le nord, le centre et le sud  pour expliquer à l’opinion publique  les réelles causes de la crise économique dans le pays à savoir qu’il s’agit d’une conspiration égypto-qataro-saoudienne nationale et que la crise sera résolue dans le cas où  la Jordanie accepte d’intervenir militairement en Syrie".

"Ce qui se passe en Jordanie est crucial à la fois pour  la situation syrienne et pour  la politique américaine-qatarie en Syrie en raison de l’impasse auquel se sont heurtés les Turcs, sachant qu’ils avaient la charge de  renverser le président syrien Bachar al-Assad » expliquent les sources palestiniennes, ajoutant que « les événements actuels en Jordanie sont à la poursuit de deux objectifs: la Syrie et la Palestine ».


L’objectif syrien :

Toujours selon des sources palestiniennes, les Frères musulmans en Jordanie ont envoyé des centaines de leurs éléments à des camps d'entraînement en Libye puis ils sont revenus  en  Jordanie non pas dans le but de les  envoyer en  Syrie, mais pour les affronter aux autorités jordaniennes en cas d’un refus de la part du roi  à une intervention militaire en Syrie.

D’ailleurs,  la ville d'Irbid a été témoin d’affrontements armés mercredi. Or, le ministre de l'Intérieur jordanien  a rencontré jeudi des dirigeants des Frères musulmans qui mènent des entretiens avec le renseignement jordanien pour conclure un accord sur : un  report des élections parlementaires à venir, sur  une nouvelle loi électorale pour les élections et  sur une main mise sur le pouvoir refusant  le  partenariat. Pour ce faire, les Frères disposent du soutien américain, qui arrivés au pouvoir, devront  lancer une campagne militaire contre la Syrie  en envoyant   l'armée jordanienne  à Deraa. Et en cas d’une opposition du roi, la Jordanie  aura le même sort que  la  Syrie.

L’objectif palestinien :

Les sources palestiniennes affirment que les États-Unis font pression par l'intermédiaire du Qatar pour que la  Jordanie récupère le contrôle de la Cisjordanie.

En fait,  ces sources rapportent l’histoire d’un dîner qui a eu lieu entre  l’ex-premier ministre jordanien et le roi de Jordanie avec les clans de la ville de Karak. Et à la question sur la possibilité de reprendre le contrôle de la  Cisjordanie, il avait répondu : « Demandez  au Dr Abdul Majali Salam, qui a assisté à une réunion à Ramallah en présence de personnalités palestiniennes, et des fonctionnaires israéliens : ils  ont évoqué comment  la Jordanie récupérera la Cisjordanie par le biais d'une confédération jordano-palestinienne ».