05-08-2021 07:16 AM Jerusalem Timing

L’Europe informe Bandar de son refus d’armer l’opposition syrienne

L’Europe informe Bandar de son refus d’armer l’opposition
syrienne

Bandar a effectué une tournée en Europe afin d’obtenir des aides militaires accrues à l’opposition syrienne.

 

La dernière tournée européenne du prince saoudien Bandar
ben Sultan avec des militaires saoudiens a connu un grand revers. Alors qu’il
est parti convaincre les pays européens d’accroitre leurs aides militaires à l’opposition syrienne, ces pays ont été tous unanimes à rejeter cette requête.

Des journalistes français ayant rencontré le président français François Hollande
après son entretien avec le chef des renseignements saoudiens Bandar, ont
rapporté que « le front d’attaque contre la Syrie est désormais limité à
un bloc regroupant certains pays du Golfe et certains services sécuritaires
européens après le retrait officiel de la France et de la Grande-Bretagne de
tout effort militaire dont l’objectif est de réaliser un certain équilibre de
force en Syrie ».

De même source on indique que Hollande a informé les
journalistes que « les armes parviendront à l’opposition syrienne non pas
à travers l’Union Européenne », faisant allusion aux efforts de Bandar ben
Sultan visant à armer et financer le terrorisme.

Par ailleurs, deux députés français ont appelé le président
français recourir à la raison dans le traitement de la crise syrienne et à
refuser de fournir des armes à l’opposition.

« Les masques sont tombés et le
vrai visage de certaines figures de l’opposition syrienne est apparu. Même si
cette opposition comprenait certains courants démocratiques, la plupart des
courants restants sont des extrémistes et des jihadistes », ont écrit
Jacques Mayar et Alain Marsaud dans ce communiqué.

Et d’ajouter : « Toute fourniture d’armes à
cette opposition ne provoquera que plus de chaos, non seulement en Syrie, mais
dans tout le Moyen Orient ». Le texte du communiqué a appelé le président
français à travailler de concert avec la Russie pour parvenir à une solution
politique à la crise syrienne et à renoncer à toute option militaire ».

Les
deux députés sont des plus influents au Parlement français, et sont experts dans
les affaires du terrorisme. Ils font partie du comité des affaires étrangères
au parlement.