05-08-2021 08:03 AM Jerusalem Timing

Ahmadinejad : l’Iran est devenu un Etat nucléaire

Ahmadinejad : l’Iran est devenu un Etat nucléaire

« ils savent bien que pour faire avancer les négociations avec l’Iran il faut lui faire des concessions dont l’allègement des sanctions ».

Le  président iranien sortant Mahmoud Ahmadinejad a déclaré dans une déclaration télévisée dimanche soir qu' « il y a 12 000 centrifugeuses qui fonctionnent dans les sites nucléaires de l'Iran et que  ce nombre atteindra les 17 000 ».

Il a ajouté que « l'Iran a également réussi à produire dans le domaine du nucléaire de plaques  de carburant et elle est devenu très professionnelle dans  la science du laser ».

Le président iranien a expliqué les « réalisations de son gouvernement au cours des huit dernières années » ajoutant que « son gouvernement était en mesure d'envoyer des satellites et des êtres vivants dans l'espace au cours de ces dernières années, voire la république islamique d’Iran s’est désormais hissé au premier rang dans les  progrès scientifiques ».

Rappelons que le président iranien sortant Mahmoud Ahmadinejad a promis  "de continuer à servir son pays après la fin de son mandat". 

En effet,  l'Iran célébrera le 4 Août la cérémonie d'investiture d’Hassan Rohani comme nouveau président de la république islamique d'Iran.

Par ailleurs, le quotidien américain Los Angles Times a fait état dans son nouvel rapport de la divergence de vue qui sévit au sein de l'administration américaine sur la façon d’approcher l’Iran !

Il apparaît selon le journal qu’Obama est inquiet des actions des congressistes  contre l'Iran voire il craint de perdre l'opportunité d'une interaction directe avec l'Iran.

 Paul Richter, analyste de Los Angles Times a écrit à ce propos : « l'élection en Iran d'un président modéré comme Hassan Rohani a donné lieu à des divergences de vue au sein de la Maison Blanche en ce qui concerne le programme nucléaire de l'Iran et  la manière dont il faut se comporter avec ce pays ».

 L'administration d'Obama espère pouvoir saisir l'opportunité offerte pour interagir directement avec l'Iran. A ce propos Obama souhaite suspendre l'intensification des sanctions jusqu'à la fin de l'année en cours. Et pourtant certains congressistes et sénateurs américains dont le républicain de Caroline du Sud,  Lindsey Graham ont tenu des propos acerbes contre le programme nucléaire de l'Iran, réclamant l'utilisation de la force contre ce pays.

D'autre part certains autres congressistes espèrent que l'élection de Rohani en tant que nouveau président iranien pourra contribuer à l'amélioration des relations irano-américaines. Ils ont demandé dans une lettre adressée à Obama d’effectuer  un geste positif envers l'Iran.

« Car si les congressistes américains signent le projet de sanctions contre l'Iran, la possibilité de retour de l'Iran à la table des négociations deviendrait », selon Paul Richter,  « plus faible et c'est ce que craint l'administration des Etats-Unis ».

 L'imposition de nouvelles sanctions risque d’empêcher la poursuite du processus des négociations, selon un  expert en questions iraniennes, Klif Kapkan. 

« Et pourtant, 131 législateurs américains demandent à  l'administration d'Obama  de saisir l'opportunité qui se présente pour communiquer directement  avec l’Iran », écrit Paul Richter avant d'ajouter :  « ils savent bien que pour faire avancer les négociations avec l'Iran il faut lui faire des concessions dont l'allègement  des sanctions ».