17-06-2021 08:17 PM Jerusalem Timing

Sud-Soudan embrasé: quels liens avec l’Iran et le Hezbollah ?

Sud-Soudan embrasé: quels liens avec l’Iran et le Hezbollah ?

Téhéran tire parti des liens très forts, sur le plan militaire et en matière de renseignements, qu’il a développés avec le dictateur soudanais al Béchir.

Le schéma est le même: une rébellion depuis quelques temps reconvertie à la politique…et alliée du pouvoir se met à renouer avec ses anciennes habitudes, à prendre des armes et à tenter de renverser le gouvernement pour des raisons électorales ou autre.

 

Du jour au lendemain ses combattants débarquent dans les villes stratégiques (Mali , Centrafrique , Yémen, Somalie, …) qui pourraient même être des ports pétroliers , en semant sur leur chemin mort et terreur.

 

Des milliers de déplacés, des villages détruits et une " conscience internationale soudainement réveillée"!!  Le scénario prévoit presque toujours des " attaques anonymes" contre les représentations diplomatiques occidentales, ce qui a pour l'effet immédiat la fermeture des ambassades et l'ordre d'évacuation des ressortissants étrangers.

 

Ce sont en général les Etats Unis, éternelle victime des terroristes, qui sont pris pour cible et qui , évidemment par souci pour leurs propres citoyens ( l'ambassadeur US à Benghazi?!!!) et pour le bien des peuples , décident d'un déploiement de GI's à bord des avions militaires US dans le pays en question , ou ce qui  revient au même , d'un déploiement de leurs supplétifs onusiens dits casques bleues. Après tout, l'Onu n'est là que pour rendre service au « Big Brother » quand il y a quelque chose qui ne va pas dans ses grands dessins impérialistes qui sont ceux des USA !

 

Seulement le cas du Soudan du Sud est un peu bizarroïde! Ce n'est ni le Mali avec son ex président récalcitrant qui a osé éconduire en 2012 l'émir Hamad Al Thani quand il lui a demandé d'ouvrir ses frontières aux terroristes takfiris.

 

Ce n'est pas non plus la Centrafrique que Hollande, le Yankiste, compte, via sa guerre illégitime arracher aux mains des Chinois pour faire plaisir à Washington.

 

Le Sud Soudan est " avec nous" pas " contre nous", comme le disait en son temps George Bush . Voici un Etat né en 2011 après le démembrement du Soudan qui fut le plus grand pays musulman de l'Afrique.

 

Un Soudan dont le Président , anti israélien et par moment anti américain, a osé défier les projets pétroliers de l'Empire et se lier d'amitié avec l'Iran!  Le sud du Soudan disposait d'ailleurs des principaux gisements pétroliers du pays et sa scission n'a fait que des heureux dans les rangs des firmes pétrolières occidentales ! De surcroit, le petit Etat animiste avec ses 8.26 millions d'âme  tient  avec Israël  des liens viscéraux .

Ce sont des liens de fils à père, trop solides, trop substantiels au point que le boucher  Libermann vient de proposer  d'"envoyer des troupes militaires à Jouba pour défendre Salva Kiir" , des troupes qui iront sans doute grossir les rangs de 150 Gi's et de 6000 casque bleues déjà sur place ou en voie de débarquement.

 

Pourquoi alors cette guerre sud soudanaise qui n’entre pas dans le cadre d’habituelles aventures africo- moyen orientale de l’oncle Sam ? et bien il faut se tourner le regard vers le nord , et penser à cet inoxydable personnage qu'est El Bachir et qui en dépit des manifs universitaires du début de 2013, de l’affaire ancienne du Darfour ( et le prétexte qu’elle fut pour une intervention occidentale humanitariste!) et des tensions pétrolières avec le sud , est toujours là !! 

 

El Bachir gêne et il est dur à évincer . Debkafile nous dit le pourquoi : voici une information qui comme toutes les infos de Debka n’est certes pas à prendre au premier degré vue ses inexactitudes mais qui aide toutefois à comprendre les projets que l’axe US/Israël a en tête pour l’avenir des diverses parties du monde !

 

« Une base logistique destinée à acheminer des tanks, des systèmes lance-missiles, de l’artillerie autopropulsée et d’autres armements lourds, destinés à la Syrie et au Hezbollah, est secrètement en construction, dans une section de Port-Soudan, qu’Omar al Béchir a loué à Téhéran…….Servant de protection contre toute frappe israélienne, la nouvelle installation iranienne jouxte directement les installations d’exportation de pétrole de Port-Soudan, par lesquelles le Sud-Soudan, l’allié d’Israël, exporte son pétrole, l’unique source de revenus de la nouvelle République, qui couvre aussi ses achats d‘armes israéliennes…

 

D’autre part, les sources des renseignements occidentaux, qui surveillent ces travaux, sont certains que la nouvelle installation iranienne est un port militaire dans tous les sens du terme. Elle est très similaire à la base navale russe construite dans le port syrien de Tartous, excepté qu’elle est deux fois plus vaste et en capacité d’accueillir les plus gros navires de guerre de l’Iran, autant que des sous-marins.

 

Téhéran tire parti des liens très forts, sur le plan militaire et en matière de renseignements, qu’il a développés avec le dictateur soudanais al Béchir, pour écouler ses armes par cette route de contrebande à ses alliés assiégés et étroitement surveillés……Cette section iranienne du port est séparée par une barrière de sécurité, dotée de miradors et acquerra bientôt des systèmes de défense anti-aérienne. …Cette nouvelle installation permettra à l’Iran de transférer des cargaisons plus massives et des armes plus lourdes que le couloir aérien utilisé jusqu’à présent, pour acheminer de l’équipement militaire à l’armée syrienne et au Hezbollah.

Cela permettra de convoyer par mer des pièces d’armement vers leur destination, depuis la Mer Rouge, par le Canal de Suez et la Méditerranée, pour répondre aux besoins urgents qui surviennent, dans le cadre de la guerre civile en Syrie ou de conflits potentiels avec Israël.

Ni les Etats-Unis, l’Egypte ni Israël n’ont, jusqu’à présent, interféré pour barrer la route des cargos d’armes iraniens naviguant sur le Canal de Suez, en chemin vers la Syrie et le Hezbollah libanais. Les forces aériennes israéliennes ont, par le passé, détruit quatre convois d’armes ou des cibles dans la zone de Port Soudan ».

 

debka.com

 

Mis à part le niveau de la véracité de cette information qui d’ailleurs n’a rien d'une révélation dans la mesure où l’Iran est lié par des accords défensifs à la Syrie et que le Soudan est un partenaire politique et économique pour Téhéran, plusieurs remarques s'imposent : Israël/USA ont peur d’un Tartous à l’iranienne à Port Said, Israël et USA ont peur que des armes stratégiques arrivent aux mains du Hezbollah et de la Syrie via le Soudan.

 

Les sionistes ont déjà bombardé le Soudan pour apaiser leurs craintes mais vu le conflit au Sud Soudan, ces craintes n'ont pas été apaisées. Le conflit du Sud Soudan pourrait déborder donc vers le nord dans les semaines à venir avec en perspective d'un changement du régime béchiriste car il faut à tout prix couper toute voie de transit d'armes au régime syrien alors que des milliers de terroristes takfiris, engraissés par Riyad sont en route pour la Syrie....affaire à suivre ....