11-08-2022 03:20 PM Jerusalem Timing

Arrêté, avec 3 autres, après avoir réussi à gagner Jaffa via le Golan

Arrêté, avec 3 autres, après avoir réussi à gagner Jaffa via le Golan

"Ici, ce n’est pas Israël, c’est mon pays. Je veux rester ici, là où mon père et mon grand-père sont nés, et faire venir ma famille" .

Deux des quatre Palestiniens entrés dimanche en territoire occupé en 1948 en provenance du territoire syrien, durant l'anniversaire de la "Nakba" palestinienne, ont été renvoyés mardi en Syrie, a indiqué une porte-parole de l'armée d'occupation israélienne. Selon la radio militaire, il s'agit d'un homme et d'une femme.

Lundi, le porte-parole de la police d’occupation israélienne avait annoncé l'arrestation de quatre Palestiniens. "Nous avons arrêté aujourd'hui trois Palestiniens venus de Syrie, dont deux lors de perquisitions à Majdal Chams", dans le plateau du Golan occupé depuis 1967, a dit Micky Rosenfeld.
 
"Un quatrième Palestinien est parvenu à gagner la région de Tel-Aviv, où il s'est constitué prisonnier. Comme les autres, nous l'interrogeons. Nous verrons ultérieurement ce que nous ferons d'eux", a-t-il ajouté.
 
Fier d’avoir revenu à Jaffa


Brièvement interviewé lundi soir par la Chaîne Dix privée de la télévision israélienne, ce dernier a exprimé sa "fierté" d'être revenu à Jaffa, sa ville
d'origine proche de « Tel-Aviv ».
 
"Ici, ce n'est pas Israël, c'est mon pays (...). Je veux rester ici, là où mon père et mon grand-père sont nés, et faire venir ma famille", a déclaré aux journalistes ce Palestinien, Hassan Hijazi, 28 ans, un fonctionnaire du ministère syrien de l'Education, selon le journal en
ligne Ynet.


Il raconte comment a-t-il pu réussir à regagner Jaffa. Hassan a demandé à des pacifistes arabes et français, dont un juif, de l’aider à réaliser son rêve et de lui accompagner vers sa ville natale.


Au total, une centaine de manifestants venus de Syrie s'étaient infiltrés dimanche dans la partie du plateau du Golan occupée par "Israël", près de Majdal Chams, avant de repartir pour la plupart en Syrie quelques heures plus tard.


La "Nakba" (catastrophe) s'est traduite par l'exode de quelque 760.000 Palestiniens, point de départ de la question des réfugiés, actuellement au nombre de 4,8 millions avec leurs descendants, répartis pour l'essentiel entre la Jordanie, la Syrie, le Liban et les territoires palestiniens.