03-12-2022 02:01 PM Jerusalem Timing

L’empire anglo-sioniste est vraiment devenu « L’Empire des Illusions »

L’empire anglo-sioniste est vraiment devenu « L’Empire des Illusions »

Ce qu’Obama et ses conseillers n’ont pas compris, c’est que la Russie et la Chine, soutenus par les BRICS, l’OCS, l’OTSC et l’UEE, sont infiniment plus puissantes que le bloc USA/UE

Curieux, non ? Les deux récents sommets (APEC et G20) ont fini en désastre, je le soutiens, pour les États-Unis et ses alliés, tandis que la Russie, la Chine et le reste des BRICS ont visiblement pris le contrôle de la situation, et pourtant, il y en a encore qui croient les médias de masse occidentaux, qui s’évertuent à dépeindre Poutine et la Russie comme « faibles ».

Je suppose, à notre époque virtuelle, que les perceptions sont tout, et dans ce cas, il est clair que les perceptions prennent la forme du moule que leur donnent les médias dominants, dont le savoir-faire, en matière de lavage de cerveaux, est  réellement impressionnant. Mais voyons les faits.

Le résultat le plus notable qu’aient produit ces deux sommets, c’est que Xi Jinping a, pour la première fois, montré sans doute possible qu’il soutient à fond Poutine et la Russie.

Je me rappelle très bien qu’au début de l’année, il y en avait beaucoup qui doutaient de la politique chinoise à l’égard de la Russie ; beaucoup disaient que « l’effet Walmart » (l’étendue des liens US-Chine) ne permettrait jamais à la Chine de s’aligner avec la Russie contre les États-Unis, et pourtant, c’est exactement ce qui s’est produit, à au moins trois niveaux :

    Économique : non seulement la Russie et la Chine ont signé ce qu’on ne peut qu’appeler des méga-contrats, mais en outre, les Chinois ont été plus qu’heureux d’offrir aux banques russes (frappées de sanctions US/UE) l’accès aux crédits chinois. La Chine aide aussi la Russie à remplacer SWIFT.
    Politique : les Chinois sont même sortis de leur chemin pour montrer que, non seulement Poutine n’était pas isolé du tout, mais qu’il était au contraire l’invité d’honneur de l’APEC, ce qui revenait à défier ouvertement les États-Unis.
    Militaire : la Russie et la Chine sont engagées, sur une base régulière, dans d’importants exercices militaires conjoints, qui comprennent des opérations navales et au sol. Et les deux pays ne se contentent pas de s’entraîner de concert, ils sont également en train de créer des états-majors interarmés.

Tout ceci ne devrait constituer de surprise pour personne. La Russie et la Chine sont véritablement des partenaires « idéaux » et se complètent l’un l’autre à la perfection. Ce dont l’un a besoin, l’autre le possède et vice-versa. Non seulement cela, mais les USA ont tellement cherché à nuire à l’un et à l’autre, qu’on peut affirmer que l’Empire les a littéralement poussés dans les bras l’un de l’autre. Obama n’a jamais cessé de menacer ouvertement la Russie et la Chine, leur a envoyé toutes sortes d’ultimatums, a monté contre eux des coalitions, et bien sûr, les a encerclés de bases militaires et de systèmes anti-missiles.

Ce qu’Obama et ses conseillers n’ont pas compris, c’est que la Russie et la Chine, soutenus par les BRICS, par l’organisation de Coopération de Shanghaï (OCS), par l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC) et par l’Union Économique Eurasienne (UEE), sont infiniment plus puissantes que le bloc USA/UE en termes politiques, économiques et militaires.

C’est ça la grande nouvelle, le développement stratégique capital, la secousse tectonique que les médias enchaînés à l’Empire tentent si désespérément d’occulter. Pour ce qui est des dirigeants occidentaux, ils sont en plein délire, manifestement tombés dans le très vieux piège de croire à leurs propres mensonges. Mais, comme on dit, si votre tête est dans le sable, votre derrière est en l’air, et la réalité vient de se rappeler à eux par une puissante et douloureuse morsure.

Le moment le plus ridicule de ce sommet est arrivé lorsque Obama, n’ayant réussi à atteindre aucun de ses objectifs à l’encontre de la Russie et de la Chine, a prononcé avec le plus grand sérieux un discours où il expliquait l’importance du « leadership américain ». Ce fut comique au point d’être gênant. Les commentateurs de la TV russe étaient pris de fous-rires en le rapportant.

Quant à Poutine, visiblement sûr de sa position, il s’est moqué ouvertement de l’idiotie des dirigeants US-UE : « Ont-ils réfléchi un instant à ce qu’ils sont en train de faire ? Ou leur politique les a-t-elle aveuglés à ce point-là ? On sait que les yeux sont des organes périphériques du cerveau. Quelque chose a-t-il été débranché dans leur cerveau ? »

À ceci s’est ajoutée une mise en garde sans équivoque : la Russie ne permettra jamais à l’US-UE d’écraser la résistance novorossienne. Le message de Poutine est net et carré : les dirigeants occidentaux mènent leur empire droit dans le mur. (Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous recommande instamment d’écouter l’interview que Poutine vient d’accorder à ARD).

L’empire anglo-sioniste est vraiment devenu « L’Empire des Illusions » (pour reprendre l’expression de Chris Hedges), où les faits ont beaucoup moins d’importance que les contes de fées, où la façon courante de relever un défi est de nier son existence, où l’auto-aveuglement est devenu une manière de vivre.

Les jeux sont faits. Les mots sont écrits sur le mur depuis longtemps. Le problème, c’est que personne ne veut les voir.

La phrase-clé de l’interview de Poutine à la chaîne de télévision allemande ARD est la suivante : « Aujourd’hui, on se bat en Ukraine orientale. Les autorités centrales ukrainiennes y ont envoyé des forces armées et elles s’y servent même de missiles balistiques. Quelqu’un en parle-t-il ? Pas un  mot. Et qu’est-ce que cela signifie ? Que nous dit votre silence ? Que vous voulez que les autorités centrales de Kiev annihilent tous leurs opposants. Est-ce là ce que vous voulez ? Nous, nous ne le voulons pas. Et nous ne permettrons pas que cela se produise. »

Ce n’est pas une préférence qu’il a exprimée, ni un vague « nous y sommes opposés ». C’est une affirmation très catégorique, annonçant que la Russie empêchera activement une telle issue.

Comme je l’ai dit maintes fois ici même : la Russie ne laissera pas les Nazis se rendre maîtres de la Novorossia.

Le Saker

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades