29-01-2023 06:43 PM Jerusalem Timing

Leïla Khaled en Afrique du Sud pour campagne en faveur d’un boycott d’"Israël"

Leïla Khaled en Afrique du Sud pour campagne en faveur d’un boycott d’

Leïla Khaled dénonce le "terrorisme" de Daesh.

La vétéran de la résistance palestinienne Leïla Khaled a condamné vendredi  la mort du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh, aux mains du groupe takfiriste Daesh (EI), dénonçant un acte de "terrorisme".

"Nous dénonçons dans tous les termes (...) ceux qui l'ont brûlé. Ce sont les même que les Israéliens qui ont brûlé Mohammed Abou Khdeir à Jérusalem (en juillet 2014, ndlr), des nazis, des fascistes sans pitié pour la vie humaine", a déclaré Leïla Khaled, interrogée à son arrivée en Afrique du Sud pour quinze jours de campagne en faveur d'un boycott d'Israël".

"Daesh n'a rien de religieux, rien à voir avec la religion, en particulier l'islam (...) c'est du terrorisme", a-t-elle ajouté lors d'un point presse.

Leïla Khaled, 70 ans, est une ancienne pirate de l'air. Elle vit aujourd'hui en Jordanie.

Sa venue, soutenue par l'ANC au pouvoir en Afrique du Sud qui lui a réservé un accueil des plus chaleureux, a indigné le conseil juif sud-africain.

Leïla Khaled est l'invitée de l'association pour le Boycott, le désinvestissement et les sanctions contre « Israël » en Afrique du Sud.

"Camarade Leïla, vous êtes ici chez vous", lui a dit le ministre de l'Intérieur Malusi Gigaba, une écharpe palestinienne au cou, tandis que you-yous et des chants de libération jaillissaient des rangs de la ligue féminine de l'ANC.

Des vétérans de la branche armée de l'ANC étaient présents en treillis.

"L'ANC souhaite une solution durable au conflit israélo-palestinien mais nous sommes aux côtés des Palestiniens qui sont les opprimés et nous demandons justice pour eux comme nous l'avons demandé pour nous-mêmes", a ajouté le ministre.

L'association Human Rights Watch a récemment critiqué "les contradictions" de la diplomatie sud-africaine, championne des droits de l'homme dès qu'il s'agit du racisme ou de la cause palestinienne mais muette par ailleurs, Corée du Nord, Syrie, Sri Lanka et Iran.

"Une impression inexacte", a rétorqué M. Gigaba, tout en soulignant que le soutien de l'Afrique du Sud aux Palestiniens, aux Saharouis et aux Cubains n'était pas comparable: "Il est de longue date".

Une phrase de l'ancien président Nelson Mandela est notamment restée célèbre: "Notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens".

Pretoria maintient de bonnes relations avec l’entité sioniste, même si depuis 2012, le gouvernement a rompu avec une certaine neutralité et commencé à se montrer plus critique.

En septembre, l'ANC au pouvoir a recommandé à ses membres et dirigeants de ne pas se rendre en « Israël », annonçant qu'il se joignait à un appel au boycott culturel, académique et éducatif.

Avec AFP