29-01-2023 06:38 PM Jerusalem Timing

"Donnez à Assad le temps de réformer.Nous rejetons toute politisation du TSL"

Joumblatt a appelé à donner le temps au Président syrien pour mettre en exécution les réformes promises


Le député Walid Joumblatt a qualifié de « révolution » ce qui se passe actuellement en Syrie. A l’issue de sa réunion avec le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov, Joumblatt a dit : «Le président Bachar el-Assad doit réformer le régime le plus vite possible et libérer les prisonniers politiques. »
Il a appelé à donner le temps au Président syrien pour mettre en exécution les réformes promises.

Il a toutefois rejeté toute ingérence étrangère en Syrie, considérant qu’il revient aux partis locaux de décider de l’avenir de leur pays, sur la base de l’arrêt des hostilités et de la libération des prisonniers.
Selon lui, « il faut désormais accepter l’idée que les peuples arabes cherchent la liberté ».

Abordant le dossier libanais, Joumblatt a indiqué que le Liban respecte les décisions du TSL, mais « ceci ne signifie pas qu’on puisse tolérer une quelconque ingérence extérieure dans les affaires internes du pays.
« Certaines forces politiques qui ont des députés et des ministres, dont le Hezbollah, considèrent que le TSL est une sorte de complot monté pour les viser ; il faut prendre ces facteurs en considération », conclut-il.

Selon une source proche du chef du PSP, lors de sa rencontre avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhael Bagdanov, Joumblat a indiqué que le tribunal n’est plus aux mains de l’Etat libanais, mais il est inacceptable que la justice du tribunal remporte sur la stabilité du Liban.
Et de souligner qu’il serait difficile pour le Liban de livrer un quelconque « libanais » quels que soient les conséquences, expliquant que la Russie comprend la sensibilité de cette question.
 
 Dans une interview à la chaine “La Russie aujourd’hui”, Joumblatt a par ailleurs dit: “le Hezbollah et nous refusons la politisation du TSL et réclamons la justice. Nous ne voulons pas que ce tribunal soit un outil pour régler des comptes internationaux sur le sol libanais. Comme le Hezbollah participe au gouvernement, nous allons trouver le moyen nécessaire pour continuer à traiter avec le TSL et rejeter toute politisation ».