25-01-2022 04:57 PM Jerusalem Timing

Washington veut aider les forces spéciales des pays du Golfe

Washington veut aider les forces spéciales des pays du Golfe

Les Etats-Unis comptent envoyer 217 militaires supplémentaires et permettre l’utilisation des hélicoptères Apaches en Irak

Les Etats-Unis proposent aux pays du Golfe d'intensifier leur coopération de défense notamment en matière de forces spéciales et de capacités maritimes.
Le prétexte avancé : mieux faire face aux activités "déstabilisatrices" de l'Iran dans la région, selon un haut responsable américain.
   
Le secrétaire à la Défense Ashton Carter, en visite à Ryad, rencontrera mercredi ses homologues du Golfe avant un sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG, Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar, Oman) le lendemain auquel participera le président Barack Obama.
   
Les pays arabes du Golfe, l'Arabie saoudite en tête, et les Etats-Unis sont des alliés militaires historiques. Mais ils sont en profond désaccord quant au retour en grâce de l'Iran, à la faveur de l'accord nucléaire scellé en juillet 2015 et mis en œuvre en janvier, avec la levée d'une grande partie des sanctions contre Téhéran.
   
Ryad redoute qu'un dégel Washington-Téhéran se fasse à son détriment, même si les Américains se défendent de tout projet de réconciliation avec l'Iran.
   
"Depuis 15 ans, nous avons investi lourdement" dans les capacités aériennes des pays du Golfe, en leur vendant des avions de combat, a expliqué un haut responsable de la Défense américain.
 Mais les "activités déstabilisatrices" de l'Iran dans la région "ne peuvent pas être contrées avec des avions de combat, mais (plutôt) avec des forces spéciales et des moyens d'interdiction maritime", a-t-il expliqué.
   
Les Etats-Unis proposent notamment aux monarchies du Golfe de les aider à entraîner leurs forces spéciales, et de développer leurs capacités navales pour empêcher l'Iran de fournir des armes aux groupes chiites qu'il soutient dans la région, selon le responsable.
   
"En l'espace de seulement six mois, nos partenaires et nous de la coalition avons réussi à intercepter quatre cargaisons d'armes au large du Yémen", a-t-il expliqué.
   
Le secrétaire américain à la Défense veut également répéter à ses interlocuteurs l'importance d'un soutien accru à l'Irak, engagé dans une guerre de reconquête de ses territoires conquis par la milice wahhabite Daesh (Etat islamique).
   
"Nous pressons" les Etats du Golfe "de s'engager profondément" pour aider le gouvernement irakien, tant sur le plan économique que politique, selon le haut responsable.
Il a notamment dit espérer "une normalisation diplomatique complète" entre les pays du Golfe et l'Irak. "Mais il y a une certaine réticence des pays du Golfe à faire cela", a indiqué la source.
   

Des soldats supplémentaires en Irak


Lundi, ls Etats-Unis ont annoncé qu'ils enverraient en Irak 217 soldats supplémentaires, pour la majorité des conseillers militaires, et autoriseraient l'emploi d'hélicoptères d'attaque Apache contre les jihadistes takfiristes.

Les soldats seront autorisés à conseiller les Irakiens au niveau des bataillons et des brigades, comparé à de plus grandes divisions jusqu'à présent, les exposant à plus de risques près des lignes de front, selon M. le porte-parole du Pentagone, Jeff Davis

Le gouvernement américain va aussi débloquer 415 millions de dollars (364 millions d'euros) au profit des peshmergas, les forces kurdes irakiennes.

 

Avec AFP