27-01-2023 03:26 AM Jerusalem Timing

Le Bahreïn et "Israël": des contacts secrets à haut niveau!

Le Bahreïn et

Le site Wikileaks a révélé que le ministre bahreïni des affaires étrangères s’est dit prêt à rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le site Wikileaks a révélé que le ministre bahreïni des affaires étrangères Khaled ben Ahmad Al Khalifa s’est dit prêt à rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dès que ce dernier entre en fonction. Khalifa a également  exprimé son accord de se réunir avec des responsables israéliens pour « pousser de l’avant le processus de paix ».

A ce propos, le quotidien israélien « Haaretz » a souligné qu’ « Israël » et le Bahreïn entretiennent ces dernières années des relations secrètes à haut niveau, révélant que des responsables des deux « pays » se sont réunis plusieurs fois en Europe, et en marge des réunions de l’Assemblée générale des Nations Unies. De plus, le roi du Bahreïn a nommé Hoda Nounou, une bahreïnienne juive en tant qu’ambassadrice de son pays aux Etats-Unis.

Selon un câble diplomatique datant de 2007, et considéré par le Haaretz comme un indice sur la « modération » du Bahreïn, le ministre bahreïni des affaires étrangères avait dit à la commission juive américaine que « les réfugiés palestiniens devraient retourner en Palestine et non en Israël » !

Ce même journal a révélé que le ministre bahreïni des affaires étrangères entretenait des liens solides avec la dirigeante du parti Kadima Tzippi Livni qui était au poste des affaires étrangères. De plus, les câbles publiés par Wikileaks révèlent que le Bahreïn est décidé à poursuivre ses contacts même avec le gouvernement de Netanyahu-Libermann.

Le 16 juillet 2009, le prince héritier Salmane ben Hamad Al Thani avait publié un article dans le quotidien Washington Post, sous le titre « Les Arabes doivent dialoguer avec les Israéliens », dans lequel il a appelé les dirigeants arabes à relancer l’initiative de « paix » arabe, accusant les Arabes  de ne pas faire assez pour s’adresser directement au « public » israélien, et lui expliquer les bénéfices de la paix avec les Palestiniens. Netanyahu avait fait l’éloge de cet article, et espéré que de nombreux dirigeants arabes feront de même.
 
Par ailleurs, le sous-secrétaire américain pour le Proche-Orient George Mitchell s’est réuni le 28 juillet dernier avec le prince héritier à Manama et ce dernier lui avait dit qu’il est temps de sortir de l’impasse politique et de parvenir à la paix, et qu’il faut « mettre fin aux craintes du public israélien et lui parler directement, parce que ceci facilitera la tache à Netanyahu », selon lui.
 
En aout 2009, le secrétaire adjoint du secrétaire d’Etat américain s’est réuni avec le conseiller du ministre bahreïni des affaires étrangères à Manama. Au cours de cette rencontre, le responsable bahreïni lui a dit que le prince héritier compte faire une interview avec les médias israéliens dans le cadre des réunions de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, et qu’il est en contact avec au moins un journaliste du quotidien israélien « Haaretz ».