26-07-2021 08:01 PM Jerusalem Timing

Violences à l’est de l’Arabie Saoudite

Violences à l’est de l’Arabie Saoudite

Une princesse de la famille royale saoudienne dénonce l’apostasie, le fanatisme salafiste et l’extrémisme qui règnent désormais dans le pays.

La ville de Awamiya , situé à l'est de l'Arabie-Saoudite, a été attaquée par les  forces militaires  saoudiennes , agressant et terrorisant la population et blessant trois Saoudiens!

\"\"Selon le site iranien Faresnews,  la ville a été assiégée  par les forces saoudiennes qui ont  bloqués la route Awamiya-Baharie.

Parmi les blessés, figurent un enfant de 10 ans,  Arif Zakaria qui a été agressé à sa sortie de son école, ainsi que le jeune homme Mohammed alRih, tous les deux ont été transférés à l'Hôpital central de Qatif.

Les troupes ont attaqué les maisons du quartier de Chwayké, des tirs sporadiques de mitraillette ont été entendus ,  sans toutefois savoir si des victimes sont tombées!
 
La région orientale de l'Arabie saoudite témoigne d'une escalade de violences sans précedent , alors que les protestations continuent de se propager dans différentes provinces du pays.

En effet, selon la chaîne satellitaire iranienne alAlam, le mouvement saoudien des Jeunes  a dénoncé les violences pérpetrées par les forces sécuritaires, au point de transformer  la région de Awamiya  en une caserne militaire , bloquant ses routes principales par des barrages mobiles, arrêtant les passants.

Le site saoudien Awamiya a rapporté ce mercredi que le mouvement saoudien des Jeunes, qui avait organisé une manifestation dans la rue de la Révolution, Mardi à Qatif, a souligné dans un communiqué que le recours des autorités saoudiennes à des méthodes répressives contre la population civile, ne le sdécouragera point, et que ces méthodes renforceront la détermination des jeunes à poursuivre leurs protestations et exiger la liberté et la justice.

Les manifestants brandissaient des banderoles appelant à la démission du gouverneur de la région de Qatif et ont dénoncé les politiques sectaires pratiquées par le régime saoudien.

\"\"Le mouvement des Jeunes a accusé "les  autorités de l'État, d'avoir tué quatre martyrs,  leur reprochant de se soucier peu de la vie de nos citoyens". 

 "Au lieu de retenir ses forces armées, elles les lâchent contre nous, ce qui confirme la légitimité de notre lutte et de nos revendications ",ajoute le mouvement dans un communiqué.

Et de préciser que "toute attaque contre n'importe quelle région du Qatif est une attaque contre tout le Qatif".

Selon un militant saoudien, cité par alAlam, " le gouvernement saoudien ne veut pas l'accalmie et ne veut même pas écouter nos demandes  populaires, à savoir la libération des prisonniers d'opinion, le droit à des libertés politiques et intellectuelles dans le pays."

Il a déclaré"que le pouvoir saoudien n'a toujours pas compris qu'à chaque fois qu'un des nôtres tombent en martyr, nous nous unissons à lui faire face et plus il nous réprime, plus nous attacherons à nos droits légitimes , selon le droit international et les principes des droits de l'Homme".

Il a exorté la Ligue arabe à intervenir et "de ne pas être un pion entre les mains du régime des AlSaoud",  dénonçant sa politique de deux poids deux mesures, où elle s'en prend contre le régime en Syrie sous prétexte que ce dernier réprime le peuple,  ignorant les peuples qui se révoltent à Bahreïn, au Yémen et en Arabie saoudite.

Le militant a souligné que les répressions du régime saoudien, sont une preuve de sa  faiblesse et de sa confusion voire de sa vieillesse, sachant qu' une large majorité de la jeunesse saoudienne croit en la nécessité d'un changement, notamment , car l'Etat n'est qu'une forme de propriété familiale, clos et fermé sur lui-même!

 

\"\"Une princesse saoudienne dénonce l'extrémisme salafiste

Par ailleurs, la princesse saoudienne Basmat bint Saoud a regretté que "l'apostasie, le fanatisme et l’extrémisme règnent désormais dans le pays".

Selon le correspondant du site iranien Faresnews, en Arabie saoudite, la princesse Basmat a avoué sur sa page de Facebook, qu’ "elle a les mains liées et qu’elle ne peut rien faire en réponse à l'extrémisme salafiste", soulignant "sa disponibilité à participer à tout dialogue avec des intellectuels  ou sur le plateau des chaînes de télévision ou dans  les journaux locaux, si ces médias ont le courage ou l’audace".

 

Dans un communiqué adressé à ses compatriotes saoudiens, la princesse a rappelé que "la piété est dans le cœur et non dans chaque personne qui a une barbe  et qui prétend représenter l’Islam", ajoutant "combien de terroristes déguisés en habit musulman ont effectué des opérations qui ont tué des milliers de musulmans" !

Et de poursuivre : "la ségrégation ne fait pas partie des enseignements de l'Islam, mais elle est le résultat d’un lavage des cerveaux de la nation entrepris par certains groupes, dans le but de nuire à l'image de l’Islam et à celle du Prophète Mouhammad (B), qui appelait à la modération et la tolérance".