01-10-2022 02:09 AM Jerusalem Timing

Syrie: les violences augmentent depuis 3 jours, constate alDabi

Syrie: les violences augmentent depuis 3 jours, constate alDabi

Sur le terrain, plusieurs charges explosives et attaques ont été perpétrées contre les forces de l’ordre.

Le chef de la mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie a déclaré vendredi que les violences avaient augmenté "de manière importante" depuis trois jours, en particulier à Homs, Hama et Idleb, dans le nord et le nord-ouest du pays.
  

"Les violences en Syrie ont augmenté de manière importante entre le 24 et le 27 janvier, en particulier à Homs, Hama et Idleb", a annoncé le général Mohammed Ahmed Moustapha al-Dabi dans un communiqué.
 "La situation actuelle, en terme de violences, n'aide pas à préparer une atmosphère (... permettant) d'obtenir que toutes les parties viennent s'assoir à la table des négociations", a-t-il ajouté.
  

Dans son communiqué, le général soudanais a appelé à "un arrêt immédiat des violences pour protéger le peuple syrien et ouvrir la voie à des solutions pacifiques" à la crise.
Dans son rapport publié dimanche dernier, al Dabi a signalé que les violences venaient aussi bien des forces gouvernementales que de bandes armées irrégulières.

Terrain selon Sana

Sur le terrain, l’agence de presse syrienne Sana a répertorié plusieurs attaques perpétrées par des bandes armées dans plusieurs régions syriennes :
A Damas, et plus précisément dans la région d’al-Midane une bande armée a fait exploser une charge et ouvert le feu tuant un enfant de dix ans, et blessant 11 citoyens et éléments des forces de l'ordre.
Toujours à Damas, mais dans sa banlieue Qatana, deux charges explosives plantées par les groupes terroristes armés a tué un membre des forces de l'ordre. Dans le quartier d’al-Midane, une bande armée a ouvert le feu contre un policier, près d’un centre culturel.
Dans la région de Deir Ezzor, un engin explosif a blessé 6 civils et agents des forces de l’ordre.
Sana fait état d’un attentat suicide contre un point de contrôle sur la route d’Edleb-Bench, faisant deux blessés parmi les membres des forces de l'ordre.

 Mercredi, 18 charges explosives ont été désamorcées à Idleb mercredi : dix d’entre elles pesaient entre 20 et 30 Kg alors que les huit autres pesaient entre 30 et 40 Kg.

Saisine d’armements

Sur un autre plan, Sana a signalé que les services compétents ont saisi à Douma et à Harasta, dans la banlieue de Damas, et dans la ville de Hama, de grandes quantités d'armes et de munitions, dont certaines étaient made in Israël.

Elles comptaient entre autre des mitrailleuses et des bombes de fabrication israélienne, des fusils automatiques, des charges explosives, des uniformes militaires, de fausses plaques d'immatriculation. des vêtements qui ressemblent à ceux que les observateurs arabes portent au cours de leurs tournées ont également été trouvés.
Dans un quartier de Hama, des accrochages ont eu lieu entre les forces de l’ordre et une bande armée au cours de laquelle les assaillants ont essuyé plusieurs pertes et arrestations. Toujours dans cette ville, de grandes quantités d'armes, dont des engins explosifs, des RPG et des Kalachnikovs ont été saisies.

Un journaliste menacé et attaqué

L’agence syrienne a révélé qu’une bande armée a mis le feu ce vendredi à la maison du journaliste Nidal Hmeidi, qui est correspondant de la chaîne satellitaire libanaise al-Jadid (New TV) à Jabal al-Zawieh.
Dans une déclaration à l'agence SANA Hmeidi a dit avoir été l'objet de menaces incessantes des groupes terroristes qui lui demandaient de couvrir les événements à leur gré.

Le mois de juillet dernier, c’est la maison du journaliste Ali Jamalo qui avait été incendiee par des groupes terroristes armés, dans la région de Deir al-Zegheb dans le gouvernorat d'Idleb . Et le journaliste Chekri Abou al-Berghol a été dans ville de Darayya.
Sans oublier l’assassinat du journaliste français de France 2 Gilles Jacquier à Homs durant ce mois-ci.

  

Terrain selon OSDH

 

Quant à l’Organisation syrienne des droits de l’homme (OSDH) qui siège à Londres, elle a parlé de deux attaques contre les forces de l’ordre ont couté la vie à 12 membres des forces de sécurité à Idleb (nord-ouest) et à Mazaïrib, près de Deraa (sud).
 A Idleb, un attentat à la voiture piégée contre un poste de contrôle des forces de sécurité a fait six morts. Et à Mazaïrib, des déserteurs ont attaqué deux bus de la sécurité, faisant six morts et cinq blessés, a rapporté l’AFP. 

L’OSDH dit aussi que la repression des forces gouvernementales a fait  23 morts à travers le pays, où plusieurs grandes villes, dont Alep, la deuxième du pays, font l'objet d'offensives d'envergure de l'armée.  Selon l'OSDH, c'est la première fois que des civils sont tués à Alep par les forces de sécurité depuis le début de l’insurrection contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011.