30-06-2022 08:29 PM Jerusalem Timing

Syrie : Annan met en garde contre un armement de l’opposition depuis Téhéran

Syrie : Annan met en garde contre un armement de l’opposition depuis Téhéran

Téhéran appelle à accorder une chance à Damas pour qu’il exécute les réformes promises.

Kofi Annan à l'aéroport de TéhéranL'émissaire spécial de l'ONU et la Ligue arabe Kofi Annan a mis en garde mercredi depuis Téhéran contre un armement de l'opposition syrienne.

"Toute militarisation de la question syrienne serait désastreuse", a-t-il déclaré en réponse à une question sur la position du Qatar et de l'Arabie Saoudite, prônant l'envoi d'armes aux rebelles.


Lors d'une conférence de presse avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, Annan a expliqué que le régime syrien avait donné "des clarifications supplémentaires" sur ce qu'il attend de l'opposition: "des assurances sur le fait que les forces de l'opposition arrêteront les combats pour permettre une cessation de toutes les violences".


"Nous avons obtenu des réponses positives de leur part et nous sommes en contact avec les gouvernements ayant une influence pour assurer que toutes les parties respectent le cessez-le-feu", a ajouté l'ancien secrétaire général de l'ONU.


Annan a en fait espéré une amélioration de la situation en Syrie à partir de jeudi matin, date fixée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour l'arrêt des combats entre forces gouvernementales et rebelles.


"Si tout le monde respecte (le plan pour l'arrêt des combats), je pense qu'à partir de 06h00 heures (heure de Damas - 03H00 GMT) le jeudi 12 avril nous devrions voir une nette amélioration de la situation sur le terrain", a-t-il précisé.


"Cela est possible et c'est dans l'intérêt des Syriens que les deux parties arrêtent les combats", a ajouté l'émissaire de l'ONU qui effectue une visite de 24 heures à Téhéran.


Pour sa part M. Salehi a rappelé que "l'Iran est hostile aux interventions étrangères dans les affaires de n'importe quel pays, insistant sur le droit du peuple syrien d’acquérir toutes ses revendications dont notamment la liberté des partis politiques la tenue des élections libres".

Le chef de la diplomatie iranienne a également réaffirmé la nécessité d’accorder une chance à Damas pour qu’il exécute les réformes promises", ajoutant que tout changement en Syrie devra se faire sous le gouvernement syrien" actuel.