20-06-2021 10:42 PM Jerusalem Timing

Le "Futur"prépare 10 mille miliciens pour l’après-Assad

Le

la Grande Bretagne craint la frénésie de ses djihadistes, Damas l’accuse de les lui envoyer, Moscou met en garde Washington de leur vendre des anti aériens, les Chretiens de Syrie pleurent leur martyre et maudissent l’Occident.

L’implication du Courant du Futur dans les violences en Syrie devient de plus en plus avérée. Non seulement, il aide les miliciens syriens au nord du Liban, ( transformé en Non Mans Land), leur envoie armement et financement via la Turquie, mais il semble aussi se préparer pour occuper des positions syriennes du sud au moment propice.

une milice de 10.000 Libanais
Miliciens libanaisCe vendredi, le journal libanais Ad-Diar a révélé que le chef de la sécurité générale au Liban Wissam Al-Hassan (proche du Courant du Futur et des forces du 14 mars) est en train d’armer des intégristes et des salafistes, dans la localité de kalamoune jusqu’à la région du Akkar au nord du Liban pour les envoyer combattre en Syrie. Citant des sources sécuritaires sures, le journal précise que le nombre de ces recrus s’élève à près de 10 mille qui sont tous de nationalité libanaise.
Actuellement rassemblés dans la vallée Khaled Wakroum, ils devront au moment propice,  lorsque le pouvoir en Syrie serait assez faible, exécuter une attaque contre la Syrie pour occuper les positions syriennes tout au long du Long fleuve.

Le député Oukab Saker (à gauche) en compagnie du porte-parole de l'ASL Louay MekdadSaker distribue armes et argent en Syrie

Ces dernières semaines, des medias britanniques ont dévoilé que le député du Courant du Futur Oukab Saker se trouve personnellement au sud de la Turquie, depuis au moins le mois d’aout dernier, pour superviser la distribution de fonds et d’armements aux différentes milices des insurgés syriens. Selon le quotidien britannique Times, il a été chargé par l’Arabie Saoudite de cette mission.

Inquiétudes anglaises

le journal britannique a révélé que des sources sécuritaires britanniques ont assuré que Londres appréhende de plus en plus la participation de certains de ses ressortissants au conflit en cours en Syrie, pour renverser le régime du président syrien Bachar el-Assad.
Selon le Times, ces sources ont scruté un groupuscule d’une cinquantaine de jeunes « djihadistes » britanniques recrutés par un jeune britannique d’origine bengalaise. La plupart de ces djihadistes britanniques étant d’origine asiatique, auxquels s’ajoutent quelques-uns d’origine nord-africaine et des noirs d’origine caribéenne. D’aucuns sont des britanniques de souche récemment convertis.
 
Les services de renseignements appréhendent que ces djihadistes britanniques n’entretiennent des liens étroits avec des membres d’Al-Qaïda, et ne subissent des entrainements militaire plus intensifs ce qui pourrait selon eux constituer ultérieurement une menace à la sécurité nationale de la Grande Bretagne. Dans une comparaison entre la situation en Libye et celle de la Syrie, le journal constate que ceux qui ont participé à la bataille contre Mouammar Kadhafi étaient des libyens qui s’étaient exilés en Grande Bretagne et vivaient dans la ville de Manchester à l’ouest de l’Angleterre. Alors qu’en Syrie, les djihadistes britanniques qui s’y rendent ne sont pas d’origine syrienne.

Suspicions syriennes
Cette version des faits britannique n’est nullement prise au sérieux par des medias syriens. Selon le journal pro-régime Techrine, l’implication des autorités britanniques dans l’envoi des centaines de terroristes en Syrie ne fait aucun doute : «  cela leur permettra de faire d’une pierre deux coups : permettre aux forces terroristes d’ébranler la stabilité en Syrie et d’y renverser le pouvoir, et se débarrasser de ces terroristes via les militaires de l’armée arabe syrienne. Et ce au lieu de les garder parmi  eux, comme de bombes à retardement menaçant leurs institutions et leurs citoyens »,  écrit le journal, mettant en garde que ce jeu pourrait très bien se retourner contre ses meneurs.

Nouvelle mise en garde russe 

Alexandre LoukachevitchLa possible livraison de systèmes de missiles sol-air à très courte-portée (SATCP) aux rebelles syriens par les Etats-Unis serait une démarche très dangereuse, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

"Cela équivaudrait de fait à armer des terroristes internationaux, car selon le New York Times, les responsables officiels américains savent pertinemment que la majeure partie des armes livrées à l'opposition syrienne par le Qatar et l'Arabie saoudite finit entre les mains d'islamistes", a indiqué M. Loukachevitch.
Selon lui, cette information mérite la plus grande attention compte tenu de la destruction de deux hélicoptères militaires gouvernementaux par les rebelles syriens et de leur menace d'abattre des avions civils dans l'espace aérien du pays.

 

L’Occident disposé à vendre les Chrétiens pour une poignée  
Pascale ZarzEn Syrie, la mort de la jeune fille chrétienne Pascale Claude Zazar qui a été tuée par des miliciens le 11 octobre dernier suscite bien des réactions. Née en 1994, elle a été tuée selon le site du journal Al-Khabar Press sur l’axe routier reliant Alep à la capitale parce qu’elle ne portait pas de voile. Alors que l’agence Bilad al-Sham a signalé qu’elle a succombé à des tirs de feu contre le bus dans lequel elle se trouvait, a proximité de Maarat el-Noomane .

Ses derniers mots envoyés par SMS à ses parents disaient : «  Papa, je suis sous le siège du bus ; il y a des tirs de feu intensifs contre le bus, si je meurs, n’oubliez pas que je vous aime, papa, maman et mes frères et sœurs ».
Durant les obsèques, sa mère qui a prononcé un discours  émouvant a assuré que les Chrétiens de Syrie ne quitteront jamais leur terre que leur aïeux ont protégée de leur sang.

Saria Hassoune«  Personne ne protègera les Chrétiens de la Syrie, a l’exception de nos frères  musulmans nationalistes, et surtout pas l’Occident qui prétend vouloir protéger les Chrétiens et est disposée à les vendre pour une poignée de pétrole et d’argent », a-t-elle poursuivi.

Assurant que sa fille se trouve au paradis en compagnie de Saria Hassoune, le fils du mufti de la république cheikh Badreddine Hassoune tué en octobre 2011. 
 

Homs: l'armée controle la situation

Après avoir sécurisé la localité de Joussieh , le forces gouvernementales poursuivent leur opération dans les vieux quartiers de la ville de Homs et sa province. Plusieurs miliciens y ont été tués dont un sniper, un long tunnel de plusieurs centaines de mètres y a été découvert entre la place Nizar Kabbani et les vergers de Ghoutta et des armements y ont été saisis, dont des missiles anti-char Dinger et des obus RPG.

Selon Arabs-Press, quelques 350 miliciens ont été tués dans la localité Bouwayda- de l’ouest dans la province de Qosseir , ainsi que 11 miliciens afghans. Il est également question selon le site d’une vingtaine de miliciens tués à Rasten  

Alep: la bataille continue

Des soldats dans la région Karam el-Jabal (Alep)Dans la ville d’Alep, les acrochages battent leur plein àl’est de la ville et en particulier dans les regions Orkoub, Sleimane Al-halabi et Maydane. Jeudi, la milice Brigades du Tawhid a annoncé la mort de deux de ses miliciens, Imad Farrouh (tué le 18-10-12 Mohammad Sleimane dans les combats à karam el-Jabal à Alep) et Mohammad Sleimane qui est le commandant du bataillon Omar ben Abdelaziz, tue dans des accrochages dans la province d’Alep.

Selon Sky News, 20 cadavres avec des traces de torture ont été retrouvés dans le quartier Jdeidet. Selon le site aleppin Tahtel-mijhar , 6 cadavres ont été retrouvés a proximité de la place kartabaoui.
Mercredi, des miliciens ont enlevé le directeur d’une usine de médicaments. Selon le site aleppin, les ravisseurs ont téléphoné à sa famille pour exiger une rançon en échange de sa libération.
 

Idleb: petite avancée

Les miliciens de l'ASL dans le musée de Maaret el-NoomaneDans la province d’Idleb, les accrochages se poursuivent dans la région de Maaret el-Noomane, alors que les informations y font état selon Syrian Documents d’une avancée importante des forces gouvernementales. Par ailleurs, le site a rendu compte de 30 cadavres qui y ont été retrouvés jeudi.

Rues d'AlepA Deir Ezzor, Syrian Document a fait état de la mort de 25 miliciens durant des combats dans le quartier Jbeileh de la ville. Alors qu’un milicien de l’ASL Oussama Hussein a été tué dans le village Hatla. Jeudi, un groupuscule a fait exploser un gazoduc reliant la ville de Deir Ezzor à celle de Tadmor avec une charge explosive, ce qui a provoqué un incendie. 

Alors qu'à  Hassaké, c'est un camion transportant des céréales qui a ete pris d'assaut et au cours duquel les cinq soldats qui l’escortaient ont été tué et un sixième capturé.