05-02-2023 12:45 AM Jerusalem Timing

Le Pentagone signe l’ordre de déploiement de Patriot en Turquie

Le Pentagone signe l’ordre de déploiement de Patriot en Turquie

Les députés allemands ont également approuvé l’envoi de missiles Patriot.

PatriotLe secrétaire américain à la guerre Leon Panetta a signé l'ordre de déploiement de missiles Patriot et de 400 militaires en Turquie, sous prétexte de la protéger d'éventuels tirs de missiles en provenance de la Syrie, rapporte vendredi le New York Times.

États-Unis, Allemagne et Pays-Bas fourniront chacun à la Turquie deux batteries de missiles Patriot qui seront opérationnelles d'ici la fin janvier et placées sous commandement de l'Otan, ajoute le quotidien.

Pour sa part, le porte-parole de Panetta, George Little a souligné que "le secrétaire a signé un ordre alors que nous étions en route pour la Turquie qui envisage le déploiement de deux batteries de missiles Patriot et de 400 militaires pour les soutenir en Turquie". Et d'ajouter "l'opération sera effectuée "dans les prochaines semaines".

La Turquie "est un proche allié" et l'administration américaine est prête, dans le contexte de l'Otan, à contribuer à sa défense, a continué Little à des journalistes qui l'accompagnent.

 

Les députés allemands approuvent l'envoi de missiles Patriot

Pour leur part, les députés allemands du Bundestag ont approuvé vendredi à une très large majorité l'envoi de missiles Patriot en
Turquie.

Ce vote ouvre la voie au déploiement par l'Allemagne de deux batteries de missiles et jusqu'à 400 soldats de la Bundeswehr dans le sud de la Turquie. Ankara a réclamé début novembre auprès de ses partenaires de l'Otan le déploiement de missiles à sa frontière pour se "protéger".

Le 4 décembre, le Conseil de l'Otan a donné la réponse positive à la demande d'Ankara. Au total, six batteries de Patriot provenant de l'Allemagne, des Pays-Bas et des Etats-Unis seront déployés à la frontière syro-turque.

La Russie s'oppose au déploiement de missiles Patriot en Turquie, estimant que cette mesure témoigne du début de l'implication de l'Otan dans le conflit syrien.